points
Publié le 31 mars 2021

L’arpentage : une méthode de lecture collective

Des idées de livres pour un arpentage ?

Tant d’auteures à lire, de théories à découvrir, de parties d’histoire à reconstruire ! Et si nous le faisions ensemble ? La lecture, loin de se résumer à une activité passive, devient dès lors un outil d’émancipation, un acte politique et revendicatif.

Une petite histoire de l’arpentage

L’arpentage est utilisé depuis le XIXème siècle, d’abord par la classe ouvrière, puis par les mouvements de résistance pendant la deuxième guerre mondiale. Aujourd’hui, nous utilisons toujours cette méthode de lecture collective dans un but d’émancipation, d’ouverture d’esprit et d’apprentissage par les autres.

Arpentage et éducation populaire

La lecture collective, ou arpentage, est utilisée comme un outil d’éducation populaire. Il ne s’agit pas d’un apprentissage et d’une restitution scolaire, mais bien de s’approprier un texte, de s’en saisir afin de le faire résonner en nous, au sein d’un groupe.

En effet, il est moins question d’en faire un résumé classique que de susciter la réflexion, la remise en question de soi et de ses pensées, de se positionner vis-à-vis de nos expériences et de celles des autres et de populariser la lecture.

Cela va plus loin qu’une lecture individuelle, sans pour autant la remplacer. Celle-ci est militante, puissante. L’objectif est de susciter l’échange, les conversations, de mettre en perspective différents points de vue et les émotions qui naissent à la lecture de l’ouvrage.

Dans l’arpentage, l’élément le plus important est le collectif. Chacun.e, en fonction de son vécu, aura sa manière propre de parler de l’œuvre, et c’est ce qui fait toute la richesse de cette méthode de lecture collective.

La force de l’arpentage est sa fonction revendicatrice : l’accès aux écrits est un moyen de structurer notre propre pensée, partager les lectures permet donc de lutter contre les inégalités d’accès aux connaissances écrites.

L’arpentage en pratique ? Une lecture collective aux formes multiples

L’arpentage peut prendre des formes multiples : chacun.e peut lire une partie de l’ouvrage et la restituer aux autres. L’œuvre peut ainsi être entièrement couverte et mise en commun.

Et matériellement ? Tous les moyens sont bons : emprunter les ouvrages dans des bibliothèques ou à des ami·es, les acheter dans nos librairies indépendantes préférées, photocopier la partie choisie ou même découper le livre de base !

Une autre option consiste à lire à plusieurs un même passage ou chapitre afin de créer une discussion, d’échanger, de mutualiser les points de vue, les interprétations d’un même texte. A coup sûr, il y aura autant d’avis que de lecteur·rices et c’est précisément l’effet qui est recherché.

La dictée collective, une forme d’arpentage

Dans la continuité de l’arpentage, Filactions a organisé, à l’occasion du 8 mars 2021, une dictée féministe et collective. En raison du contexte sanitaire, celle-ci a eu lieu en ligne.

Ce fut tout de même l’occasion de partager un extrait d’Apprendre à transgresser, de bell hooks.

L’auteure est une militante féministe américaine, connue pour son combat contre les discriminations et le racisme subi par les femmes noires. Née dans le sud des Etats-Unis en 1952, elle a vécu la ségrégation raciale et deviendra l’une des porte-parole de la cause. Ne suis-je pas une femme ?, écrit en 1981 et traduit en français en 2015, est son œuvre la plus connue. Elle y dénonce la situation des femmes noires, qui se situent à l’intersection des rapports de sexe, de classe et de race, rapports qui sont en mouvement constant les uns par rapport aux autres.

Rediffuser la pensée de l’auteure sous forme de dictée a été pour Filactions une manière de lutter à l’occasion du 8 mars !

Pendant un temps, il s’agit d’écrire à la place de l’auteure, ce qui est sans doute un des moyens les plus puissants pour se sentir proche d’elle.

Rendez-vous le 8 avril 2021!

Les participant·es ont été conquis·es et une prochaine dictée aura lieu le jeudi 8 avril 2021. L’attention est moins portée sur les fautes d’orthographe que sur l’ambiance bienveillante et joyeuse au sein du groupe…

Et si vous veniez réécrire, collectivement, l’extrait d’une œuvre féministe ?


points