Mythe ou réalité ?

points

Mythe ou réalité ?

Halte aux idées reçues ! Ces affirmations vous proposent une première approche de ce que sont les violences conjugales et leurs conséquences:

La violence conjugale est uniquement de la violence physique

Mythe : La violence conjugale revêt plusieurs formes : elle peut être physique (coups, sévices corporels…), psychologique (propos méprisants, harcèlement, isolement…), verbale (chantages, insultes, menaces…), sexuelle (sexualité forcée et pratiques sexuelles imposées), économique (privation des moyens ou biens essentiels, contrôle systématique des dépenses…) et administrative (rétention de documents administratifs)

La violence conjugale ne se produit que dans des couples mariés

Mythe : La violence conjugale ne se produit pas qu’au sein de couples mariés ou vivant ensemble. Il ne faut pas nécessairement cohabitation pour qu’un rapport de domination et de contrôle s’installe. La violence conjugale peut même s’installer dès les premiers rapports amoureux : d’après les statistiques les 16 – 25 sont la population la plus en danger.

Au sein d’un couple, il peut y avoir viol et/ou agression sexuelle

Réalité : Être en couple n’autorise pas à s’approprier le corps de l’autre. Le désir de l’un ne doit pas être imposé à l’autre. Une pratique ou un rapport sexuel non consenti, même au sein d’un couple, constitue un viol ou une agression sexuelle et est puni par la loi.

Ce sont les femmes des milieux les plus défavorisés qui sont victimes de violence conjugale

Mythe : Le phénomène des violences conjugales n’est pas réservé aux classes défavorisées. On le retrouve dans tous les milieux sociaux économiques et culturels, dans toutes les classes d’âge, en milieu urbain comme en milieu rural.

Il existe des hommes victimes de violence conjugale

Réalité : Des hommes sont victimes de violence conjugale mais aucune statistique officielle ne permet de connaître l’ampleur du phénomène. Les associations spécialisées estiment toutefois que ce sont les femmes qui sont majoritairement victimes de violence conjugale. C’est pourquoi, sans oublier ou nier l’existence d’hommes victimes de violence conjugale, on parle plus souvent « d’homme auteur de violence » et de « femme victime de violence ».

L’alcool est la cause principale de la violence de certains hommes

Mythe : Beaucoup d’hommes violents essayent de trouver des « excuses » pour justifier leur comportement (alcool, drogue, stress, surcharge de travail…). Si l’abus d’alcool peut déclencher la première crise de violence ou aggraver les suivantes, en aucun cas, il ne l’explique ni la justifie. Un homme violent avec sa compagne le sera toujours quelques soient les circonstances, tant qu’il ne réalisera pas qu’il est la source du problème.

En France, 10 % des femmes sont victimes de violence conjugale

Réalité : L’enquête, réalisée par l’ENVEFF (enquête nationale sur la violence envers les femmes en France) a établi qu’en France, une femme sur 10 était victime de violence conjugale. Des études similaires menées dans les différents pays de l’Union européenne sont sensiblement parvenues au même chiffre.

Il est facile pour une femme victime de violence conjugale de quitter son mari ou son compagnon

Mythe : Une femme victime de violence conjugale ne reste pas parce qu’elle « aime ça ». Différentes raisons expliquent que des femmes restent avec un conjoint violent : la peur, les enfants, l’emprise psychologique, la perte de confiance en elles, l’isolement social et familial, le manque d’argent, le manque d’informations concernant leurs droits…

En France, une femme meurt tous les trois jours de violence conjugale

Réalité : Tous les 3 jours une femme meurt tuée par son partenaire ou compagnon de vie. Près de la moitié des homicides ont eu lieu après séparation. Ces chiffres ne révèlent toutefois pas la réalité des morts causées par la violence conjugale parce que seuls les assassinats, les homicides volontaires et les violences suivies de mort sont comptabilisés. Les suicides ne sont notamment pas pris en compte.
Il n’existe donc pas une mais plusieurs sortes de violence conjugale : elles peut être physique, psychologique, verbale, sexuelle, économique et administrative.